élections présidentielles

A voté ! N'a pas voté !

A voté !

Une actualité mondiale trépidante ces dernières semaines.

Vote du second tour des élections présidentielles en France, avec la victoire du socialiste François Hollande, tandis que les Français d'Israël, votaient, eux a une majorité écrasante -plus de 92 % des voix!- pour le président sortant de droite Nicolas Sarkozy.

Vu d'Israël, les commentaires sur la situation en France étaient mitigés. Pendant que la télévision israélienne filmait la femme du président, Carla Bruni, toujours aussi photogénique, et parlait de Nicolas Sarkozy comme d'un grand ami d'Israël, un journal de gauche, « The marker », voyait Sarkozy comme le président des riches, adepte des soupers fins au Fouquet's.

Toutefois, tous appréciaient la fermeté du président sortant face a l'Iran, et s'interrogeaient sur la position qu'allait adopter le nouveau gouvernement.

Les journaux «  Yediot Aharonot » et « Israel Hayom » s'inquiètent de la progression des extrêmes en France : plus de 30 % des électeurs en additionnant les voix de l'extrême droite et de l'extrême gauche. Tous les journaux ont noté le score inquiétant de l'extrême droite, avec 18% des voix au premier tour pour la candidate du Front national, devenue maintenant un interlocuteur valable, maintes fois interviewée.

**********************

barak2.jpgmofaz.jpgnatanyaou.jpg

Ehud Barak-Shaoul Mofaz- Benjamin Natanyahou

N'a pas voté !

L'électeur israélien n'ira pas aux urnes, en tout cas pas tout de suite. Celui-ci a appris dans un premier temps, que la Knesset (=le parlement) allait être dissoute par le Premier Ministre, Benjamin Natanyahou. Surprise, et peu d'enthousiasme pour aller voter : pour une fois qu'il y avait un gouvernement stable, qui ne menaçait pas d'imploser toutes les cinq minutes....

L'opposition n'était pas chaude pour aller voter non plus, car les sondages prévoyaient une perte des voix pour le parti centriste Kadima, a la tête de l'opposition, et le renforcement de la droite au pouvoir.

Finalement, coup de théâtre : le matin en se réveillant, les Israéliens ont appris que la Knesset ne serait pas dissoute, que les adversaires d'hier ont fait alliance et mis en place un gouvernement d'union nationale. Benjamin Natanyahou et Shaoul Mofaz sont maintenant alliés, avec toujours Ehoud Barak. On retrouve l'équipe de l'opération Entebbé : Shaoul Mofaz etait alors sous les ordres du frère de Benjamin Natanyaou, Yoni, tué a Entebbé, et Ehoud Barak avait participé a la conception de l'opération. Décidément, les amitiés militaires permettent de surmonter les clivages politiques, et la seule femme qui avait une possibilité d'accéder au poste de Premier Ministre, Tsipi Livni, n'a pas réussi a s'imposer.

Et une découverte : la menace iranienne, dont on nous parle tant, existe bel et bien, avec l'arrivée au pouvoir de Shaoul Mofaz, né a Téhéran, et monté en Israël a l'age de 8 ans...Je plaisante, bien sûr...