film restaure

Festival du film restauré

L’Ambassade de France et l’Institut français d’Israël ont le plaisir de vous annoncer :

« ANOTHER LOOK »

Festival du film européen restauré

Pour la 1ère fois en Israël

Du 10 au 29 janvier 2013

Dans les cinémathèques de Tel Aviv, Haïfa et Jérusalem

A l’initiative de l’Ambassade de France et de l’Institut français d’Israël, se déroulera du 10 au 29 janvier 2012 la 1ère édition du Festival du film européen restauré, « Another Look », avec le concours des Ambassades d’Allemagne, du Danemark, d’Espagne, d’Irlande, d’Italie, de Pologne, du Portugal, de République Tchèque et du Royaume-Uni, et avec la participation, pour la première fois dans un projet culturel se déroulant en Israël, de l’Union Européenne.

Le Festival « Another Look » proposera au public israélien de (re)découvrir un classique du patrimoine cinématographique de chaque pays européenpartenaire de l’événement soient 10 films présentés qui auront tous été restaurés préalablement, et sous-titrés en hébreu (éventuellement en anglais pour certains) avec le concours actif et financier des cinémathèques nationales de chaque pays.

Au fil des ans, il est devenu plus que nécessaire de protéger les œuvres cinématographiques des ravages de l’usage et du temps. Diverses institutions ont été créées dans le monde pour sauver le 7ème Art de la destruction. Les Archives Cinématographiques Européennes ont initié ce vaste projet de restauration et possèdent aujourd’hui une des plus riches collections cinématographiques au monde.

Le Festival « Another Look » est plus qu’un festival ordinaire, c’est un projet, celui de ramener à la lumière et sur grand écran des versions restaurées de chefs d’œuvre cinématographiques, sensibiliser le grand public aux classiques du cinéma européen et aux moyens nécessaires à mettre en œuvre pour les préserver.

Les films présentés ont été choisis selon deux thèmes :

1. la définition même de « Communauté Européenne » et la difficile consolidation d’un ensemble européen uniforme, notamment sur le plan culturel – qui trouve pourtant son apogée dans le récent prix Nobel de la paix attribué à l’Europe dans son ensemble – et ce en raison des divergences de fond ou de forme entre les pays membres de l’Union,

2. Le défi que représente la jeunesse, considérée comme porteuse potentielle et emblématique d’une critique de l’ordre établi.

Planning des projections

La Kermesse héroïque, de Jacques Feyder (France, 1935) En 1616, la domination espagnole s’exerce moins sévèrement en Flandres. Alors qu’ils préparent leur kermesse, des villageois apprennent la venue d’une délégation menée par le duc Olivares. Le bourgmestre, traumatisé par les pillages et violences subies sous l’occupation, se fait passer pour mort. Sa femme, révoltée par sa couardise, joue l’hôtesse de charme pour le duc et son cortège de fringants soldats. Cinémathèque de Haïfa, le 18.01.2013 à 16h

Rocky Road to Dublin, de Peter Lennon (Irlande, 1968) Cinquante ans après les "Pâques sanglantes" de 1916, le journaliste Peter Lennon s’entretenait avec diverses figures influentes de la société irlandaise relativement à l’avenir du pays. Ce film sans compromis fut acclamé au festival de Cannes mais ignoré par la télévision irlandaise. Il montre une nation sacrifiée par la pression cléricale et empêtrée dans les conflits du passé. Cinémathèque de Haïfa, le 22.01.2013 à 21h

Jadup et Boël, de Rainer Simon (Allemagne, 1980) Une petite ville est-allemande se réjouit de célébrer son jubilé pour sa 800ème année d’existence. Pourtant, au milieu des célébrations, les traces d’un passé sombre commencent à faire surface. Particulièrement troublante est la mémoire d’un jeune réfugié, réinstallé dans la région avec sa mère, en 1945, qu’on appelait du nom étrange de Boel. Quelles relations ont-elles existées entre Boel et l’actuel maire de la ville, Jadup ? Cinémathèque de Haïfa, le 14.01.2013 à 19h

Le festin de Babette, de Gabriel Axle (Danemark, 1987) Pour échapper à la sordide répression de la Commune en 1871, Babette débarque un soir d’orage sur la côte sauvage du Jutland au Danemark. Elle devient la domestique des deux très puritaines filles du pasteur et s’intègre facilement dans l’austère petite communauté. Mais après quatorze années d’exil, elle reçoit des fonds inespérés qui vont lui permettre de rentrer dans sa patrie. Elle propose avant son départ de préparer avec cet argent un diner français pour fêter dignement le centième anniversaire de la naissance du défunt pasteur… Cinémathèque de Haïfa, le 16.01.2013 à 21h

Senso, de Luchino Visconti (Italie, 1954) - Film d’ouverture En 1866, la Vénétie est sous le joug de l’occupant autrichien. La comtesse Livia Serpieri est de ceux qui s’opposent avec vigueur à cette mainmise étrangère. Jusqu’au jour où elle s’éprend violemment d’un jeune lieutenant autrichien… Cinémathèque de Haïfa, le 25.01.2013 à 16h

Le prix d’un homme, de Lindsay Anderson (Royaume-Uni, 1963) Au cours d’un match de rugby, Frank Machin (Richard Harris) – ancien mineur devenu joueur professionnel – reçoit un coup violent dans la mâchoire. Emmené d’urgence chez le dentiste, il se souvient, dans un état semi-conscient, des circonstances qui l’ont amené à devenir joueur, et de plusieurs moments passés avec sa logeuse, Margaret (Rachel Roberts). Cinémathèque de Haïfa, le 26.01.2013 à 21h

L’esprit de la ruche, de Victor Erice (Espagne, 1973) Espagne, 1940. Peu après la fin de la guerre civile. Un cinéma itinérant projette Frankenstein dans un petit village perdu du plateau castillan. Les enfants sont fascinés par le monstre et, parmi eux, la petite Ana, 8 ans, se pose mille et une questions sur ce personnage terrifiant. Sa grande sœur, Isabel, a beau lui expliquer que ce n’est qu’un "truc" de cinéma, elle prétend pourtant avoir rencontré l’esprit de Frankenstein rôdant non loin du village. Les filles partagent leur solitude dans une grande maison obscure. Leurs parents sont rarement présents, pris chacun dans des rituels adultes incompréhensibles : le père, insomniaque, passe ses journées à étudier les abeilles, arrangeant la maison familiale comme si c’était une ruche ; la mère, quant à elle, s’est réfugiée dans une nostalgie stérile, rédigeant des lettres à un prétendu amant qui demeure invisible et silencieux. Pour fuir ce monde mort, Ana et Isabel s’inventent un univers parallèle. Ensemble, les deux sœurs partent explorer les alentours du village, découvrant une vieille maison abandonnée au pied d’une colline, avoisinant un puits mystérieux. Les filles découvrent, par leurs jeux et les histoires qu’elles se racontent, un monde sombre, merveilleux, hanté par des figures imaginaires que seuls les enfants peuvent apercevoir. Un beau jour, Ana trouve un homme blessé qui s’est réfugié dans la maison abandonnée… Cinémathèque de Haïfa, le 29.01.2013 à 21h

Camouflage, de Krzysztof Zanussi (Pologne, 1977) Réunis à l’occasion d’une université d’été, deux professeurs confrontent leurs conceptions de la vie, diamétralement opposées. Jakub est un cynique désabusé qui n’a de cesse de pervertir Jarek bardé de diplômes et de principes moraux. Le cas d’un étudiant brimé, protégé par Jarek, départage les deux hommes. Le réalisme de Jakub est vainqueur et l’idéalisme de Jarek et ses illusions sont battus en brèche. Cinémathèque de Haïfa, le 15.01.2013 à 19h

Des trains étroitement surveillés, de Jiri Menzel (République Tchèque, 1966) Milos travaille dans une petite gare tchèque pendant la deuxième guerre mondiale. Tourmenté par sa timidité, il n’arrive pas à séduire la jolie contrôleuse qui pourtant s’offre à lui. Devant cet échec et désespéré de pouvoir prouver qu’il est un homme, il tente de se suicider. Une jeune fille va tenter de lui faire surmonter ses craintes. Cinémathèque de Haïfa, le 19.01.2013 à 19h

Aniki-Bóbó, de Manoel de Oliveira (Portugal, 1942) Dans les rues de Porto, une petite bande d’enfants fait l’école buissonnière et découvre que la vie peut-être un jeu brutal. Cinémathèque de Haïfa, le 12.01.2013 à 19h